Techniques pour rouler en groupe Chapitre 3 : Osmose d’un Groupe & Comment aller loin et longtemps ?

ACCUEIL Forums CONSEILS Techniques pour rouler en groupe Chapitre 3 : Osmose d’un Groupe & Comment aller loin et longtemps ?

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  dominique_d, il y a 2 ans et 6 mois.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
  • Auteur
    Messages
  • #2125

    dominique_d
    Modérateur

    https://image.jimcdn.com/app/cms/image/transf/dimension=500×10000:format=jpg/path/s21bea2fb9675607c/image/i91fbda3c17c55e34/version/1456322909/image.jpg

     

    https://image.jimcdn.com/app/cms/image/transf/dimension=500×10000:format=jpg/path/s21bea2fb9675607c/image/ie605e7a3eaeed6c8/version/1456322960/image.jpg

     

    Osmose d’un groupe :

    Je vous propose de travailler, sur l’osmose d’un groupe de coureurs qui roule avec du vent de face ou même et surtout de coté.
    J’y reviendrais mais je vous rappelle au préalable certains fondamentaux
    absolument nécessaires d’aborder tous les hivers afin d’améliorer chacun
    d’entres eux au fur et à mesure.

    * Travailler la vélocité (chacun se doit de respecter le braquet de base
    imposé pour l’ensemble du groupe et pour la séance)
    le 2 par 2 groupé et serré
    * savoir faire un éventail simple, se positionner, s’abriter
    * savoir faire un double éventail, se placer, frotter, empêcher le vent de

       pénétrer à l’intérieur de la file montante et celle desçandante
    * être capable à tout moment de ressentir le sens du vent
    * on ne laisse pas de trou et surtout on en provoque pas par insouscience
    * on aide toujours un camarade en difficulté
    * garder le peloton le plus compact possible
    * apprendre à frotter un petit peu sans danger…..

    _______________________________________

    Comment aller loin et longtemps????

    L’objectif d’un groupe de douze coureurs par exemple, que ce soit en compétitions ou en sorties sportives, sur des distances quelconques
    est schématiquement de se fatiguer le moins possible et d’aller le plus
    vite possible
    .
    Ces deux objectifs paraîssent s’opposer fortement… et pourtant
    quand on y regarde de prêt, pas tant que cela…….
    Plus le groupe restera homogène et soudée, plus ses chances de rouler
    longtemps, sans trop de fatigue et vite seront certaines. Facile à
    comprendre:
    * Sur une distance assez longue, il vaut mieux être 12 à rouler que 2, 3
    ou 4 . Surtout si un bon vent d’ouest vous heurte de plein fouet
    pendant des bornes et des bornes

    * Chacun a alors un rôle important dans la réussite de l’objectif fixé.
    Respecter l’état physique de chacun pour pouvoir le « garder » le plus
    longtemps possible avec soi. La prise de relais doit être le plus régulier
    possible pour ne pas affoler le rythme cardiaque et ventilatoire de
    certains des membres du groupe de 12.

    * Vent de coté dans mon exemple, il est alors absolument nécessaire
    de construire l’éventail le plus parfait qui soit pour que le maximum
    de coureurs prennent le moins de vent possible et ressentent le moins de  changement de rythme abusif . Les changements de rythme dans de telle situation n’ont qu’un effet, celui de désorganiser la belle machine que vous tentiez de fabriquer…. ERREUR grosse erreur d’accélérer quand on  veut aller loin. Donc  pas d’accélération, beaucoup de régularité et des relais assez courts.Des relais trop longs ne sont adaptés que lorsque le groupe ne comporte plus que 4 ou 5 coureurs.

    *  Chacun des membres du groupe doit utiliser la position des autres,
    la taille des coureurs, la régularité des relais de certains autres… Au
    bout de quelques passages on repère vite ceux là afin de mieux se
    positionner dans l’éventail. Le vent vient de gauche dans un double
    bordure, la personne qui prend le relais devant n’accélère surtout pas.
    Elle passe simplement le coureur juste devant lui et s’écarte. Vent de
    gauche par exemple, la file de gauche redescend pendant que la file de
    droite remonte l’éventail.

       On doit donc s’abriter du coureur juste devant nous en léchant
    sa roue arrière et en frôlant celui qui remonte sur votre droite. Dans     ces conditions parfaites de pénétration dans l’air, le groupe fonce très vite avec une dépense d’énergie moindre donc moins de fatigue.

    Quand il y a plusieurs éventail, on reste dans son éventail et on travaille
    avec les copains du moment. On ne débouche pas d’une bordure pour aller devant dans la première. Cela favorise la désorganisation complète des éventails. Devant trop de monde et derrière plus assez!!!! Les éventails se regrouperont un peu plus loin comme on se regroupe après une longue bosse qui a favorisé la faction de plusieurs groupes.


    « … Plus les coureurs sont soudés et prennent plaisir à construire des choses ensemble, meilleure la dynamique du groupe sera et plus nombreux seront les résultats  individuels et d’ensemble ….. »

     

    Osmose et dynamisme d’un groupe d’entraînement : 

    Avoir un groupe compact est autant la responsabilité des meilleurs qui vont adapter leur rythme en fonction des plus faibles, que les plus faibles qui doivent eux ausi faire un effort permanent pour rester coller aux roues, ne pas rester à 5 longueurs derrière en train de faire la discussion avec les copains. Je me répète mais plus l’ensemble du groupe sera compact et homogène, plus les individualités seront fortes et dynamiques.

     

     

    Merci au Club Foues Nantais    http://www.cyclofouesnantais.com/rouler-en-groupe/

     

     

Affichage de 1 message (sur 1 au total)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.